Dossier fermé

Puisque nous réorientons nos efforts en fonction de nos forces et réussites, nous avons cessé nos activités dans le dossier des IEI-CEM.

Veuillez communiquer avec info@badsciencewatch.ca pour plus d’informations.

Les demandes des médias sont les bienvenues.

Combattre la peur et la désinformation

En 2012 Bad Science Watch a publié un document de position sur l’intolérance environnementale idiopathique dont la cause était attribuée aux champs électromagnétiques (IEI-CEM) en réponse à une petite partie de l’opinion publique qui menait une campagne énergique contre les technologies sans fil.

Malgré le consensus scientifique affirmant que la soi-disant « hypersensibilité électromagnétique » était en fait un diagnostic erroné et que les utilisateurs modernes de dispositifs sans fil n’avaient rien à craindre, ces activistes tentaient de faire modifier les politiques publiques et d’entraver l’utilisation de dispositifs tels que les réseaux Wifi et les compteurs intelligents au moyen de campagnes agressives basées sur la peur et la désinformation.

Les personnes souffrant de certains symptômes débilitants, liés à l’intolérance environnementale idiopathique, se font dire que leur souffrance est causée par les champs électromagnétiques et ce diagnostic erroné, combiné à la croyance erronée qu’un problème existe, les empêchent de recevoir des soins et des traitements appropriés et efficaces.

Depuis la réception très encourageante de notre publication, nous avons pu empêcher ces campagnes de nuire davantage. Nous avons ainsi pu nous assurer que les autorités publiques et que les citoyens canadiens possédaient toutes les données nécessaires pour faire des choix éclairés.

Communication de notre document à Santé Canada sur le Code de sécurité 6

Nous avons déposé un résumé de notre position sur les évidences scientifiques concernant les IEI-CEM à Santé Canada, dans le cadre de sa consultation publique sur la mise à jour du Code de sécurité 6, la réglementation qui encadre les émissions produites par les dispositifs sans fil.

Dépôt de consultation BSW HC SC6, 11 juillet 2014

Rapport du comité d’experts de la Société Royale du Canada

En 2013, le conseiller scientifique Dr Rob Tarzwell a présenté des évidences au Comité d’experts de la Société Royale du Canada responsable de transmettre des recommandations pour la rédaction d’une version révisée du Code de sécurité 6, la réglementation d’Industrie Canada qui définit les limites de sécurité relatives à l’exposition aux champs électromagnétiques. Ses notes sont disponibles ici : Société Royale du Canada 2012, notes de présentation SC6

Tribunal de droits de la personne de la Colombie-Britannique, cause #9854

À l’automne de 2013, Bad Science Watch a aussi déposé sa candidature pour obtenir le statut d’intervenant dans la cause #9854 présentée au Tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique entre Citizens for a safe Technology Society, au nom de Una St. Clair et autres requérants, contre Hydro C.B.

La cause concerne une catégorie de résidents qui affirment souffrir « d’hypersensibilité électromagnétique » et qui croient que la technologie utilisée dans les compteurs intelligents, qui servent à mesurer la consommation d’électricité dans les résidences, a été mise en place sans tenir compte de leur condition médicale alléguée.

Notre demande a été rejetée par le Tribunal des droits de la personne à partir d’un argument qui est très discutable, selon notre conseiller juridique, mais cela ne nous empêchera pas de déployer nos efforts pour combattre la désinformation utilisée dans ce dossier.

Dans le cas où cette requête n’est pas rejetée dans son entièreté par le tribunal, Bad Science Watch et ses conseillers restent disponibles si la cour requiert nos services à titre de témoin expert. Tous les documents et correspondances concernant notre demande peuvent être consultés ici : Dépôt de candidature, Tribunal des droits de la personne de la C.B., 2014

Membres du projet

Michael Kruse (responsable du projet)

Michael est un ambulancier paramédical en soins avancés de la région de York, située au nord de Toronto, Ontario. Concepteur d’éclairage pour le théâtre, il a réorienté sa carrière en 2005 en suivant une formation de spécialiste ambulancier paramédical à l’Université de l’Iowa ainsi qu’en soins paramédicaux avancés au Durham College. Michael est présentement étudiant au programme de baccalauréat de physiologie ainsi qu’en histoire de la philosophie des sciences de l’université de Toronto.

Michael est impliqué dans la promotion des connaissances scientifiques depuis 7 ans et est un farouche défenseur de l’importance des valeurs scientifiques pour l’amélioration de la qualité de vie des Canadiens.

Jason Locklin, B.Sc. M.A (conseiller scientifique)

Jason complète actuellement son doctorat en neurosciences cognitives et comportementales à l’Université de Waterloo.

Ses publications de recherche ont porté sur l’examen des déficits oculomoteurs suite aux traumatismes crâniens et aux accidents vasculaires-cérébraux. Il travaille actuellement avec des victimes d’accidents vasculaires cérébraux afin de comprendre comment le cerveau utilise les systèmes intimement liés que sont les systèmes moteur et de perception visuelle afin de comprendre l’environnement spatial.

Il s’intéresse à la science et à la technologie de manière générale, ce qui inclut l’électronique, les communications radio, ainsi que le système Linux. Pour plus d’informations sur ses recherches et son parcours académique, cliquez ici.

Rob Tarzwell, M.D. FRCPC (conseiller scientifique, Associé du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada)

Robert est un spécialiste médical qui vit à Vancouver et travaille dans les domaines de la psychiatrie et de la médecine nucléaire. Il s’intéresse à l’analyse des résultats des recherches en psychothérapie et en imagerie cérébrale fonctionnelle dans l’étude des troubles psychiatriques. Il fait également partie de la faculté clinique de l’école de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique.

Il a écrit et animé des conférences publiques sur l’importance de la vaccination ainsi que pour rétablir des faits qui avaient été déformés par les activistes anti-vaccination. Il a aussi produit un certain nombre d’articles dans le but de calmer l’opinion publique au sujet des radiations émises suite à l’incident de Fukushima en s’attaquant directement à la désinformation massive menée par tous ceux qui souhaitaient profiter de cette campagne de peur.

La motivation première de Robert provient de l’époque où il était étudiant en médecine alors que, pour la première fois en deux générations, des parents amenaient à l’hôpital des enfants très malades souffrant de la coqueluche, une maladie qui avait été farouchement combattue par la vaccination dans les années 1960. La hausse du taux de refus de vaccination des campagnes de désinformation locale avait provoqué le retour de cette maladie. Cet épisode l’a laissé avec une conviction profonde: la désinformation scientifique tue et mutile des innocents.

Avant de fréquenter la faculté de médecine, Robert a été navigateur aérien dans les Forces armées canadiennes et a participé à des manœuvres avec un escadron de combat anti-sous-marin ainsi qu’à un stage au poste du commandement aérien.

 

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search