Projet complété

Ce projet s’est terminé en juin 2013.

Nous désirons remercier tous nos bénévoles et tous ceux et celles qui nous ont aidés à amener ce projet au niveau national et ont permis à Bad Science Watch de faire face à cet important problème.

Nous avons achevé un rapport final qui sera bientôt disponible au public. Ce projet servira de point de départ pour une prochaine campagne dont le but sera l’utilisation des données et des études scientifiques dans la réglementation sur les produits de santé naturels.

Le site Web www.stopnosodes.org restera actif afin de continuer à faire valoir les arguments appuyant une meilleure réglementation des nosodes homéopathiques.

Mise à jour : avril 2013

La portion publique de ce projet, le site Web www.stopnosodes.org, est maintenant en ligne.

Nous vous invitons à le visiter afin d’en savoir davantage sur les nosodes et voir comment vous pourriez contribuer et nous aider dans nos efforts pour protéger les Canadiens des maladies infectieuses.
[image title= » » size= » » align= »center » lightbox= »false » group= » » link= »http://www.stopnosodes.org » autoHeight= »true » quality= »80″ frame= »false » link_class= » » underline= »false »]https://www.badsciencewatch.ca/wp-content/uploads/2012/08/stopnosodes-small.png[/image] En février 2013, Bad Science Watch a présenté un mémoire sur la monographie « préapprouvée » sur les nosodes homéopathiques à la Direction des produits de santé naturels.  Le document déposé peut être consulté en cliquant sur le lien suivant :

Mémoire présenté pour fins de consultation sur la monographie des produits préalablement approuvés de la DPSN

Contexte

Un certain nombre de nosodes homéopathiques, présentés par plusieurs homéopathes comme des « alternatives » valides aux vaccins, sont présentement approuvés pour la vente au détail par Santé Canada, comme recommandé par la Direction des produits de santé naturels.

L’argument derrière cette approbation veut que ces produits soient aussi efficaces que les vaccins, alors qu’en réalité ils n’offrent aucune protection, ce qui est en contradiction avec les propres politiques provaccination de Santé Canada.

Lorsque des Canadiens choisissent les nosodes plutôt que la vaccination, en raison des fausses informations qui circulent, ils contribuent à la diminution du taux de vaccination, ce qui augmente le risque d’apparition de maladies que l’on pourrait facilement prévenir dans nos communautés, comme c’est le cas avec la coqueluche.

Objectifs du projet

Les objectifs de ce projet sont les suivants :

  1. Identifier et communiquer avec les intervenants de la scène politique, du secteur de la réglementation et des professionnels aux niveaux fédéral et provincial.
  2. Faire pression sur Santé Canada afin que le retrait des nosodes homéopathiques devienne une réalité et qu’aucun produit de cette catégorie ne soit approuvé dans le futur.

Bénévoles demandés

Ce projet ne requiert aucun bénévole supplémentaire pour le moment.

Membres du comité

Michael Kruse, président

Michael est un ambulancier paramédical en soins avancés de la région de York, juste au nord de Toronto, Ontario.

Également concepteur d’éclairage pour le théâtre, il a réorienté sa carrière en 2005 en suivant une formation de spécialiste ambulancier paramédical à l’Université de l’Iowa ainsi qu’en soins paramédicaux avancés au Durham College.

Michael est présentement inscrit à l’Université de Toronto au programme de baccalauréat en physiologie. Michael a été impliqué dans la communauté de défense des sciences pendant trois ans et contribue au blogue Skepticnorth.com.

Il est activement engagé pour la défense de l’utilisation des principes scientifiques comme moyen d’améliorer le bien-être de tous les Canadiens.

Kimberly Hebert, M.Sc. Ergothérapie

Kim est une ergothérapeute enregistrée qui travaille actuellement à Ottawa, Ontario.

Elle est titulaire d’un diplôme universitaire en psychologie de l’Université Mount Allison et a obtenu un diplôme en neurosciences avec mention de l’Université Dalhousie. Dans ses temps libres, elle se passionne pour l’astronomie et est membre de la Royal Astronomical Society (Société royale d’astronomie).

Son travail chez Bad Science Watch est motivé par son intérêt pour la protection des consommateurs à l’ère des sciences de l’information.

Elle espère que la réglementation concernant les produits de santé disponibles en vente libre sera resserrée afin d’aider les consommateurs à faire le meilleur choix possible, sans être assaillis par des informations douteuses et peu fiables, comme c’est le cas actuellement.

Christopher Jang, Ph. D.

Chris est un chercheur de niveau postdoctoral à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie et étudie les réactions biochimiques liées aux rythmes circadiens.

Il est né et a vécu sa jeunesse à Vancouver. Il a complété son baccalauréat en biochimie à l’Université Queen’s de Kingston en Ontario, puis il est retourné en Colombie-Britannique pour compléter son doctorat en biochimie et biologie moléculaire à l’Université de Colombie-Britannique, où il a travaillé sur les mécanismes de caractérisation que les virus utilisent pour prendre le contrôle des cellules hôtes.

Chris a aussi enseigné la biochimie au niveau du baccalauréat à l’Université de Colombie-Britannique et de Pennsylvanie, et dans ses temps libres il travaille avec le Centre de la politique scientifique canadienne.

Matthew Lloyd, B.Sc.

Matthew est un kinésiologue qui travaille avec des patients qui ont subi des blessures sur leur lieu de travail et lors d’accidents en véhicules à moteur.

Il possède un baccalauréat en physiologie biomédicale et en kinésiologie de l’Université Simon Fraser. Après avoir obtenu son diplôme, il a délaissé l’intervention auprès des sportifs pour se concentrer à l’étude du phénomène de la douleur chronique, étant donné que la recherche scientifique dans ce domaine est incomplète et que les options de traitement actuelles sont très limitées.

Il a développé un intérêt pour la défense des connaissances scientifiques grâce à son travail d’évaluation critique de plusieurs traitements offerts aux patients qui souffrent de douleurs chroniques.

Ken Milne, M.D., M.Sc.

Ken est un médecin en exercice au South Huron Hospital à Exeter, Ontario, où il travaille en tant que chef du personnel médical et chef du département de l’urgence.

Il est un expert en médecine factuelle (médecine fondée sur les preuves, MFP) et il est membre du groupe Best Evidence in Emergency Medicine (BEEM, l’utilisation des meilleures preuves en urgentologie) à l’Université McMaster où il enseigne aussi la MFP aux futurs médecins.

Le docteur Milne a reçu sa formation médicale à l’Université de Calgary après l’obtention d’un M.Sc. en physiologie à l’Université Western Ontario où il est maintenant un professeur adjoint.

Le docteur Milne a également reçu de nombreux prix et reconnaissances, incluant une bourse de recherche à l’Université d’Oxford pour l’étude de la MFP et il est aussi membre du Collège des médecins de famille du Canada. Le docteur Milne est actuellement le vice-président de la section rurale de l’Association médicale de l’Ontario.

Raffi Pirjanian, B.A.

Raffi est un physiologiste de l’exercice professionnel qui se spécialise dans l’entraînement général et le développement de la force auprès d’athlètes d’élite de la grande région de Toronto.

Il a obtenu un diplôme spécialisé avec mention de l’Université York en kinésiologie et sciences de la santé. Il est présentement l’entraîneur de la force et du conditionnement physique général de l’équipe canadienne féminine et l’équipe nationale junior de hockey sur gazon.

Le recours aux preuves, recueillies par l’utilisation appropriée de la méthode scientifique, constitue la base de ses actions professionnelles.

Dianne Sousa, B.A.

Dianne détient un diplôme de l’Université de Guelph en justice pénale, politique publique et psychologie sociale.

Elle a débuté son implication dans le mouvement de défense des principes scientifiques après sa désillusion face au domaine de la consultation en toxicomanie. Ces sujets d’intérêt comprennent la médecine alternative et la réglementation qui la régit au Canada, les pseudosciences et l’activisme dans les domaines du droit et des sciences.

Shawn Wilson

Shawn est le programmeur en chef du département de recherche d’un hôpital où il travaille surtout avec des outils de recherche Web.

Il participe avec enthousiasme aux activités de la toute nouvelle communauté de défense des sciences de la région de Halifax et il est responsable de la mise à jour du calendrier des activités de la Halifax Science and Skepticism sur HalifaxSkeptics.com.

Informations supplémentaires

Annonce de projets et communiqués de presse

Message de Bad Science Watch à Santé Canada : Retirez les vaccins homéopathiques

Document de référence sur les preuves relatives aux médicaments homéopathiques – Santé Canada

http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodnatur/legislation/docs/ehmg-nprh-eng.php

Émergence de la coqueluche en Alberta :

http://www.edmontonjournal.com/opinion/fashioned+killer+puts+Alberta+children+risk/6989299/story.html

Nosodes approuvés pour la vente par Santé Canada dans le cadre de traitement des principales maladies infectieuses:

Maladies évitables par la vaccination Détails de l’approbation et références
Charbon bactéridien Le nosode est connu sous le nom de « anthracinum » (http://www.abchomeopathy.com/r.php/Anthr). Il n’est pas approuvé actuellement en tant que remède en soi, même s’il est utilisé comme ingrédient homéopathique dans un produit déjà approuvé : « Myp-Tox » NPN 80007603. Indication approuvée : « Médicament homéopathique ». Aucune information quant à l’utilisation spécifique de ce produit n’est disponible en ligne. Le titulaire de la licence est « Aperture Energetics Inc » (http://www.physicaenergetics.com/http://www.physicaenergetics.com/index.php?target=pages&page_id=Nosodes)
Diphtérie Le nosode est connu sous le nom de « diphtherinum » (http://www.drpitcairn.com/homeopathic-alternatives-to-vaccines/). 5 produits approuvés contenant du « diphtherinum » comme ingrédient, 1 produit approuvé avec le « diphterium » comme ingrédient unique (NPN 80006760). 4 des produits approuvés portent l’indication « médicament homéopathique ». « Dtp Toxinum » (NPN 80032577) porte l’indication approuvée suivante : « Préparation de nosodes à utiliser selon les recommandations d’un professionnel de la santé. » (Remarque : une recherche sur cette utilisation recommandée indique qu’il n’y a que 2 produits qui sont approuvés avec cette indication. Voir la section sur l’influenza ci-dessous)
Rougeole Le nosode est connu sous le nom de « morbilinum » (http://www.remedia.at/homeopathy/Morbillinum-Nos/a934.html). Il y a 5 produits approuvés contenant du « diphtherinum » comme ingrédient, 1 produit approuvé avec le « diphterium » comme ingrédient unique. Tous les produits sont approuvés en tant que « médicament homéopathique » à l’exception du « Tegor Bio 88 » (NPN 80033856) – « Les nosodes et médicaments homéopathiques doivent être utilisés selon les recommandations d’un professionnel de la santé. »
Oreillons Le nosode est connu sous le nom de « parotidinum » (http://www.remedia.at/homeopathy/Parotidinum/a2346.html). Il y a un seul produit approuvé contenant du « parotidinum » comme ingrédient et considéré comme « remède homéopathique ». Fait intéressant, il y a 4 produits où le nom « paratidinum » apparaît dans le nom de la marque, mais dont un des ingrédients provient d’une partie indéterminée du lapin.
Coqueluche Le nosode est connu sous le nom de « pertussinum » (http://www.remedia.at/homeopathy/Pertussinum/a1001.html). Il y a 9 produits qui contiennent cet ingrédient approuvé, et tous portent l’indication approuvée de « remède ou médicament homéopathique », à l’exception du « Dtp Toxinum » (NPN 80032577). Voir la section sur la diphtérie ci-dessus.
Pneumocoque Ce nosode est connu sous le nom de « pneumococcinum » (http://www.remedia.at/homeopathy/Pneumococcinum-Nos/a2380.html) et  « Klebsiella pneumoniae » (http://www.remedia.at/homeopathy/Klebsiella-pneumoniae-Nos/a935.html). Un total de 5 produits contient ces ingrédients. « Tegor Bio 87 » (DIN-HM 80033800)  et « Muco Coccinum »(NPN 80032574 – voir influenza ci-dessus) portent les indications approuvées de « Nosodes et remède homéopathique à utiliser selon les recommandations d’un professionnel de la santé. » Aucun produit ne contient du « Pneumococcinum » comme ingrédient unique et 2 produits utilisent du « Klebsiella pneumoniae » comme ingrédient unique.
Poliomyélite Le nosode est connu sous le nom de « poliomyélite » (http://www.remedia.at/homeopathy/Poliomyelitis-Nos/a1074.html). Une seule préparation contient de produit comme ingrédient unique : « Tegor Bio 88 » (NPN 80033856). Voir la section sur l’influenza ci-dessus.
Rage Ce nosode est connu sous le nom de « lyssin », « lyssinum » ou « hydrophobinum » (http://abchomeopathy.com/r.php/Lyss). Il y a 4 produits qui contiennent ce nosode comme ingrédient unique et tous portent l’indication « remède homéopathique ». 3 des 4 produits sont identifiés comme « produit de fin de série».
Influenza (grippe) Ce nosode est connu sous le nom de « influenzinum » (http://www.remedia.at/homeopathy/Influenzinum/a505.html). Il y a actuellement 18 produits qui contiennent de l’influenzinum comme ingrédient, en tant qu’ingrédient unique ou utilisé en combinaison avec d’autres produits. Tous ces produits sauf deux portent l’indication « remède/médicament homéopathique ». Les autres indications approuvées concernent le « Spir-sec » (DIN-HM 80029114) – « Remède homéopathique recommandé pour les symptômes associés à la trachéite, laryngite, pharyngite tels que toux sèche douloureuse, irritante, spasmodique ou brûlante, sécheresse du larynx et de la trachée» et « Muco Coccinum » (NPN 80032574) – « Préparation de nosodes à utiliser selon les recommandations d’un professionnel de la santé » (Remarque : une recherche sur l’utilisation recommandée indique qu’il n’y a que 2 produits qui portent cette indication). Voir la section diphtérie ci-dessus.
Tetanos Ce nosode est connu sous le nom de « tetanotoxicum » ou « tetanotoxinum » (http://www.remedia.at/homeopathy/Tetanus-Nos/a1938.html). Il y a actuellement un produit approuvé avec cet ingrédient : « Dtp Toxinum » (NPN 80032577). Voir les sections sur la diphtérie et la coqueluche ci-dessus.
Typhoïde Ce nosode est connu sous le nom de « typhinum », « typhoidinum » et aussi « salmonella typhi » (http://www.remedia.at/homeopathy/Typhus-abdominalis-Nos/a1919.html. Un produit de la base de données contient de la « salmonella typhi » en combinaison avec d’autres ingrédients : « Tegor Bio 87 » (DIN-HM 80033800). Voir la section sur le pneumocoque ci-dessus.
Tuberculose Ce nosode est connu sous le nom de « tuberculinum », « tuberculinum bovine » et « tuberculinum aviaire  » (http://www.remedia.at/homeopathy/Tuberculinum-bovinum-Nos/a856.html. Il y a 12 produits du registre de la DPSN qui contiennent cet ingrédient. Tous sauf un contiennent le nosode comme ingrédient unique avec l’indication « médicament homéopathique », à l’exception du « Tegor Bio 87 » (DIN-HM 80033800). Voir la section sur le pneumocoque ci-dessus.
Varicelle (varicelle et zona) Ce nosode est connu sous le nom de « herpes zoster » (http://www.remedia.at/homeopathy/Herpes-Zoster-Nos/a919.html). Il y a 3 produits du registre de la DPSN qui contiennent ce nosode comme ingrédient approuvé, tous en combinaison avec d’autres ingrédients. 2 produits portent l’indication « médicament homéopathique ». Parmi eux, le « Tegor Bio 88 » (NPN 80033856) porte une indication plus précise. Voir la section sur la rougeole ci-dessus.
INGRÉDIENTS SUPPLÉMENTAIRES (voici d’autres ingrédients approuvés qui sont utilisés comme nosodes) Micrococcus tetragenus, mucotoxin, coxsackie, Epstein Barr, herpes simplex, mononucléose, stapthylococcinum, streptococcinum, botulinum, eneterococcinum, botulinum, Pseudomomas aeruginosa, Scarlatinum, Chlamydia trachomatis, Aspergillus Niger, Candida albicans, Medorrhinum, psorinum, Vaccinotoxinum

 

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search